Le mec qui vend “Sans-Abri” me dit bon courage.

Le mec qui vend “Sans-Abri” me dit bon courage. Il me dit bonjour aussi, toujours. Même depuis l’autre côté du trottoir. Aujourd’hui il a balbutié quelque chose à propos de croissants, j’ai cru qu’il me demandait ce que j’allais manger pour le petit déjeuner, je lui ai répondu: peut-être, en rigolant. En fait il me demandait de lui en apporter. Je me suis sentie débile et privilégiée et avec-abri et je lui en ai acheté 4 pour 2 euros – offre spéciale au Casino. Je lui les tend et il me dit merci, 4 fois.

Puis: bon courage. Je lui dit merci, 1 fois. Je m’enfuis.

Le mec me voit depuis 5 mois, depuis que j’ai emménagé ici. Je lui donnait un peu de monnaie, on se faisait des signes de têtes polis, il ne parle pas beaucoup français. Il y a quelques semaines, j’ai eu ce que les médecins de l’hôpital appellent un “nouvel évènement neurologique”. C’est-à-dire que j’ai refait une poussée de sclérose, ma 7ème en 3 ans. Malgré 2 traitements de fond pointus, et un suivi tout aussi pointu. 2 traitements qui “marchent” pour un tas d’autre patients. Mais ça, il faut que j’arrête d’y penser. Malgré une hygiène de vie tellement plus saine, probablement la plus saine de ma vie d’adulte. Malgré tout le yoga et toutes les longueurs nagées en brasse coulée à la piscine. Herbe coupée sous le pied. Et puis, après avoir finalement refusé l’intervention des “pompiers”, ces intrusives injections de cortisone, ces doses de cheval qui me désolidarise de mon corps. Et puis qui désolidarise mon corps de mon esprit…

Bref, après ça – et probablement dans le but d’illustrer une nouvelle fois la loi de Murphy – je suis tombée dans une mare. Non Georges, pas aux canards. Mare aux caillasses, c’est plus percutant. Me voici donc couvertes de bleus, avec ce que je croyais être des côtes sternales fêlées et qui en fait n’était qu’une grosse contusion au niveau du coeur. Mon handicap est d’un coup passé d’invisible à visible, mais pour d’autre raisons. Je me disait que les gens qui bloquaient sur mes jambes azurées se disaient, eux, que j’étais soit cascadeuse soit femme battue. Soit les deux? C’est réducteur, j’avoue. Tout comme ces regards de rues.

C’est à partir de là que les “bon courage” ont fait surface, quand ce mec me voyait descendre les escaliers et grimacer. Je sais pas quoi en penser. La première fois, ça m’a fait pleurer. 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s